Reunionweb
L'île de la Réunion à travers ses sites web

La découverte de l'île par les navigateurs français

Découverte > L'histoire > La découverte de l'île par les navigateurs français

Les premiers navigateurs

La légende dit que Tristan de Cunha aperçu l'île lors d'un voyage aux Indes mais en fait, les arabes vivant aux actuelles Comores parlaient déjà d'une montagne de feu en plein océan (Dina Morcabim) dès le XIIe siècle. A l'époque, le Piton des neiges était déjà un volcan éteind mais le Piton de la Fournaise était peut être encore plus actif qu'aujourd'hui.

C'est finalement Pedro Mascarenhas qui fit figurer les îles Mascareignes sur les cartes des navigateurs. Il donna ainsi son nom à l'archipel des Mascareignes. On raconte aussi que les anglais ont babtisé l'île à ce moment là du nom de England Forest à cause de la végétation verdoyante qui la recouvrait et qui se voyait de loin.

L'île devient française

En 1638, les Hollandais venus de Java s'installent sur l'île centrale de l'archipel et l'appellent Mauritius. À cette époque, le navigateur Salomon Goubert peu armé pour conquérir Maurice aux hollandais, aborde l'île voisine et s'assurant qu'elle est déserte. Il en prends possession au nom du Roi de France Louis XIII. Cela se passe en 1640, Goubert cloue les armes Royales sur un tronc d'arbre et repart en laissant l'île déserte.

Cet endroit s'appelle aujourd'hui La Possession et a donné son nom à la commune éponyme.

Les premiers explorateurs

En 1642, Jacques Pronis est gouverneur de France à Madagascar, il veut transformer l'escale de la Réunion sur la route des Indes en un établissement mais il doit y renoncer par manque de colons. Il n'arrive déjà pas à s'imposer à Fort-Dauphin, le comptoir malgache ou la présence française est contestée. A la suite d'une rébellion, le gouverneur exile 12 mutins sur l'île Mascarin.

Trois ans plus tard, Son successeur, Eugène de Flacourt décide de se soucier du sort des 12 déportés. A sa grande surprise, ils les trouvent tous sains et gaillards sans aucune maladie ni quelconque douleur. Leur supposé enfer était un paradis. Il fait dresser une carte et baptise derechef l'île « Bourbon » pour faire ressortir son caractère paradisiaque et en hommage à la dynastie royale française.

Carte de l'île Bourbon dressée en 1645
Première carte de l'île, Archives départementales de la Réunion

Merci à Gabriel Techer pour sa contribution

Voir aussi

Cartes actuelles de l'île de la Réunion


Trouvez un hotel sur Booking.com