Reunionweb
L'île de la Réunion à travers ses sites web

L'esclavage à la Réunion - Découverte de l'île de la Réunion

Découverte > L'histoire > L'esclavage à la Réunion

La première main d'œuvre

Au début de la colonisation, l'administration de l'île est confiée à la Compagnie Françaises des Indes. Les premiers colons français sont installés sur l'île vers 1665. Ils sont accompagnés d'une main-d'œuvre malgache qui a le statut de «serviteurs».

Le commerce à grande échelle

Les premières cultures de café, puis des épices requiéraient de la main d'œuvre. La Compagnie des Indes avait le monopole de tout commerce entre la France et l'Océean Indien. La traite des esclaves faisait parti de ce monopole et au fur et à mesure du peuplement de l'île, le commerce des êtres humains se developpa. Les esclaves vendus à la Réunion était originaires de l'ouest de l'Afrique, de Madagascar et du sud de l'Inde.

En 1725 la traite des esclaves devient libre moyennant le paiement d'un droit. Dès lors, le commerce des esclaves va donc se développer encore plus. En 1768 on recence à l'île Bourbon 45.000 esclaves et 26.284 habitants.

La traite continue

Jusqu'en à la révolution, la traite continue et des dixaines de milliers d'esclaves arrivent ainsi sur l'île. Le «code noir» est sensé régenter la traite et l'entretien des esclaves mais on y fait peu référence. Les esclaves ont des conditions de vie différentes d'une exploitation à l'autre. Quelques uns s'enfuient et deviennent esclaves marrons.

En 1810, les Britaniques mettent la main sur la Réunion et interdisent la traite. Les français récupèrent l'île en 1815 mais un traité signé en 1816 interdit aussi la traite des esclaves en France aussi. Malgré cela, la traite continue de manière clandestine.

L'abolition

A la révolution, le gouvernement de la France tente d'abolir l'esclavage mais l'Assemblée Coloniale refuse de l'appliquer. Il faudra attendre 1848 pour que officiellement, la Réunion mette fin à cette pratique inhumaine (voir abolition de l'esclavage). Le système qui suivit, l'engagement (ou engagisme), n'était guère plus respectueux des personnes mais ne transformait pas les êtres humains en objets.


Trouvez un hotel sur Booking.com