Reunionweb
L'île de la Réunion à travers ses sites web

Le zoreil - Découverte de l'île de la Réunion

Découverte > Les mots créoles > Le zoreil

Zoreil (ou Zorey)en créole désigne un étranger, un métropolitain, bref un quidam pas de chez nous.
On m'a donné plusieurs explications, mais la plus plausible est la suivante:

  • Un étranger ne comprends pas quand on parle créole. On dit alors qu'il ne "zoreil" rien du tout, tant on entend avec ses oreilles.... Par extension, celui qui ne "zoreil" pas ce qu'on dit est un "zoreil".
  • On m'a aussi expliqué que, du temps de l'esclavage, le "zoreil" était le propriétaire. Les esclaves évitaient trop de parler de marronage quand les zoreils étaient dans les parages...
  • Une autre explication est que en partant à la Réunion, je me suis pris des coups de soleil sur le visage et que j'avais les oreilles toutes rouges. On m'a dit alors qu'on reconnaissait les zoreils à leurs oreilles. :-)
  • Emmanuel Miguet me propose une explication plus sérieuse et plus étaillée : le mot «zorey», semble provenir du tamoul où il signifie «maître». Il faudrait maintenant savoir quand le mot «zorey» a commencé à être employé à La Réunion, soit dès le temps de l'esclavage car il y a eu des Indiens esclaves, soit qu'il soit venu avec l'engagisme. A mon avis, c'est plutôt dans le milieu des engagés tamouls que ce mot a fleuri car, pour ma part, je n'en ai jamais vu l'emploi dans des documents historiques retraçant les périodes antérieures à 1848.

    Du fait de son origine indienne, et pour ne pas créer de confusion avec le mot français "oreille", l'orthographe créole phonétique «zorey» me semble préférable à «zoreil».


    M.Gobalakichenane ajoute qu'en tamoul, on utilisait, au XVIIIè s et plus tard, le mot 'doraï' (prononciation francisée en 'doré') pour désigner un blanc ou un maître. Les Tamouls de la première vague amenés à la Réunion au XVIIIè s. (il n'étaient pas tous esclaves) ont dû pratiquer ce mot déjà qui ensuite a été adapté dans le créole réunionnais. Les Tamouls et Indiens du XIXè s. de l'engagisme ont dû continuer cette habitude. D'ailleurs, dans l'Inde britannique, on disait 'dorey' et 'doreysâNy' pour maître et maîtresse.


Trouvez un hotel sur Booking.com