Freddy, le cyclone le plus long du monde

2023
← Au crépuscule de Saint-Gilles
La lumière dans le fénoir ou les jours de la nuit →
 

En mettant à jour mon site que je me suis rendu compte que mon image météo, qui affichait automatiquement la situation cyclonique à la Réunion, ne fonctionnait plus. Pendant ce temps, le Cyclone Freddy s’approchait des Mascareignes.

Alerte cyclonique

Le 19 février, alors que la préfecture annonçait le passage en alerte orange à cause du cyclone Freddy, j’ai dû mettre à jour le message à la main. Le lendemain, je changeais à nouveau la page pour relayer l’alerte submersion de Météo France avec une carte des zones concernées.

carte de la Réunion avec alerte orage cyclonique et risque submersion sur le littoral nord-est.
Carte de la Réunion avec alerte orage cyclonique et risque submersion sur le littoral nord-est.

Puis, la page a été mise à jour avec une alerte jaune le 21 février suivie d’une absence d'alerte le 22 février pendant que le cyclone Freddy, s’éloignant de l’île, laissait derrière lui des dégâts plutôt limités en comparaison avec d’autres cyclones qui ont frappé l’île de la Réunion ces dernières années (Comme le cyclone Dina en 2002). Il faut dire que l’œil du cyclone était à 190 km au nord, suffisamment loin de la côte pour que les vents ne soient « que » de 100 km/h sur l’île avec des rafales atteignant quand même les 140 km/h dans les hauts. Pas de quoi déclencher l’alerte rouge selon le préfet. La Réunion peut se réjouir d’avoir des dégâts limités.

Note: surveiller les prochaines alertes cycloniques

Auparavant j’affichais une image de Météo France qui donnait le statut cyclonique pour le département de la Réunion. Maintenant le site de Météo France a évolué et cette image est remplacée par une page qui donne, en plus des alertes cycloniques, toutes les vigilances météorologiques possibles : vent, orages, canicule, fortes pluies… J’ai donc ajouté le widget qui va avec pour relayer aussi tous ces renseignements.

Si vous ne voulez pas revenir sur ma page pour connaitre la situation cyclonique, je ne peux que vous rediriger vers les sites spécialisés de Metéo Réunion, le site de Fabien, déjà présenté ici, et Cycloneoi, le site de Patrick, nouveauté du mois, qui vous permettent de vous abonner à leurs newsletter d’alerte. Météo Réunion est spécialisé dans le temps qu’il fait à la Réunion et Cyclone OI (OI pour Océan Indien) surveille tous les cyclones et dépressions tropicales de tout le bassin ouest de l’Océan Indien. Tous deux vous préviendront de la naissance d’un cyclone sur la zone.

La taille de Freddy

Après le passage de Freddy à la Réunion, la page facebook de Actus Météo 974 compare les trois derniers cyclones qui ont affecté la Réunion en deux ans : Le cyclone intense Batsirai passé à 190 km de la Réunion les 2 et 3 février 2022, suivi du cyclone intense Emnati passé à 360 km au nord de la Réunion le 20 février de la même année et enfin le cyclone intense Freddy décrit plus haut. En alignant les photos-satellite des trois tourbillons de nuages, l’amateur météo constate que Freddy est plus « petit » et que la Réunion a bien de la chance de ne pas avoir été touchée directement depuis presque 20 ans (avec Dina).

photos satellite de 3 cyclones Batsirai, Emnati et Freddy
Triptyque de photos-satellite des cyclones Batsirai, Emnati et Freddy par Actus Météo 974

Mais la taille des couronnes nuageuses de Freddy sur les photos-satellite ne doivent pas nous induire en erreur. Freddy est un cyclone très puissant et il vient de traverser tout l’océan Indien d’est en ouest en se renforçant jusqu’à devenir cyclone tropical très intense (vents supérieurs à 212 km/h) à l’approche de Rodrigues. Les météorologues constatent déjà sa singularité : une taille relativement petite pour un cyclone de cette intensité mais une grosse puissance autour de l’œil. Généralement les cyclones qui naissent à l’est de l’Océan Indien se dirigent vers le sud et se dissolvent sous les latitudes des chevaux, la région des calmes subtropicaux. La trajectoire presque rectiligne de Freddy surprend. Elle s’explique par une absence de perturbation sur la zone traversée qui a permis au cyclone de se renforcer.

La longue traversée

carte de l’Océan Indien avec tracé du cyclone Freddy avec code couleur pour l’intensité du violet (catégorie 1) à rouge (catégorie 5)
Image satellite de l’Océan Indien traversé par le cyclone Freddy ainsi que le cyclone Enala qui présente une trajectoire sud-ouest plus habituelle. Source : zoom.earth

Le phénomène météorologique Freddy a commencé a être observé au large de l’Indonésie le 3 février. C’est là que le service de météo australien lui a donné ce nom de film d’horreur. À cette date, il se dirigeait vers Bali et présentait des vents à 30 km/h. Il s’est alors renforcé, devenant une dépression tropicale puis tempête tropicale modérée en faisant presque demi-tour plein ouest. Tout au long de son trajet il s’est renforcé passant à forte tempête tropicale, cyclone tropical puis cyclone tropical intense et enfin cyclone tropical très intense avant de réduire un peu la force de ses vents à l’approche des Mascareignes. Après son passage au large de la Réunion il s’est dirigé vers la grande île de Madagascar et l’a traversée violemment les 21 et 22 février.

De l’autre coté de la grande île, le cyclone a repris de la vigueur au-dessus des eaux chaudes du canal du Mozambique et s’est dirigé vers le continent qu’il a touché le 24 février au sud de Vilanculos.

Les allées et venues meurtrières en Afrique

Un cyclone puise son énergie de la surface chaude des océans, lorsqu’il s’approche des terres, il perd rapidement de la vigueur. Mais son arrivée au-dessus des terres provoque aussi des vents verticaux et des brusques changements de direction dus aux perturbations causées par les reliefs. Pour son premier passage au-dessus du Mozambique le cyclone Freddy a d'abord stationné le long des côtes quelques heures avant d’entrer sur le continent pour dégénérer en dépression tropicale. La dépression tropicale reste un phénomène assez puissant pour provoquer de grandes destructions. Les vents violents et les fortes pluies ont aussi causé des dégâts à des milliers de kilomètres au Zimbabwe, en Afrique du Sud et même au Eswatini.

⚠️ #FREDDY va rester plusieurs heures quasi-stationnaire à proximité immédiate du Mozambique et de la ville Quélimane...
🙏 Grosse pensée à la population Mozambicaine, grande prudence !

© Modèle AROME MF pic.twitter.com/LFjBKBRjPA

— L'œil du cyclone (@Firinga_le_site) March 11, 2023

Le système a tourné plusieurs fois à l’intérieur des terres puis s’en est retourné vers le canal du Mozambique en direction du sud de Madagascar. Les eaux chaudes du canal du Mozambique ont à nouveau redonné de la vigueur au cyclone dont l’œil est resté presque deux jours (6 et 7 mars) au large des côtes malgaches. Il a ensuite tourné vers le nord reprenant de la force et touchant à nouveau le Mozambique en la ville de Quelimane le 11 mars 2023 avec des vents d’une vitesse moyenne de 130 km/h. Il s’est ensuite enfoncé dans les terres pour toucher le Malawi le 12 mars et enfin se dissiper au sud de ce pays le 15 mars non sans avoir causé d’énormes destructions.

carte du canal du Mozambique avec la fin du tracé du cyclone Freddy avec code couleur pour l’intensité
Détail de la fin du tracé du cyclone Freddy avec son allé-retour sur Madagascar et ses deux atterrissages ravageurs sur le continent africain. Source : zoom.earth

La période estivale est plutôt sèche dans ces pays, surtout l’ouest de Madagascar qui est sous le vent. En temps normal ces régions reçoivent entre 200 et 300 mm de pluie pour tout le mois de mars. Avec Freddy, elles en on reçut 500 mm par jour. Le grain et les fortes pluies amenées par Freddy ont rapidement provoqué des coulées de boue et des glissements de terrain. Les vents violents ont parfois tout emporté sur leur passage, arrachant les toitures, les ponts, emportant les véhicules… Même si les populations étaient prévenues plusieurs jours à l’avance, que les écoles étaient fermées, le bilan des allées et venues de Freddy est catastrophique. Presque 30 morts à Madagascar, plus de 150 morts à chaque passage au Mozambique et plus d’un millier au Malawi.

Après la disparition du cyclone Freddy, la situation n’est pas résolue pour les survivants. De nombreux habitants ont dûs être déplacés dans chaque pays parce que leur maison est soit détruite soit inondée. 28 300 maisons ont été détruites au Mozambique lors du premier passage et 103 000 lors du second passage déplaçant des centaines de milliers de personnes. À Madagascar, 24 358 ont été déplacées dans des camps d’urgence, au Malawi, ce sont 508 244 personnes qui été déplacées. Par endroit Freddy a détruit des chantiers de reconstruction de constructions détruites par le cyclone Eloise passé en 2021.

texte : After its passage over Mozambique, Severe Tropical Storm Freddy returned to the Mozambique channel and moved towards the south-western coast of Madagascar, where it brought heavy rains to the city of Toliara and surrounding areas. (carte avec explication des zones touchées)
Mise à jour de la situation au 6 mars 2023 par l’Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA). La carte montre le passage du cyclone, les populations affectées et les foyers de choléras. Source: OCHA

Pire, les destructions des réseaux sanitaires et d’eau potable sont source de prolifération de microbes à l’origine d’épidémies. Le choléra qui est apparu au Mozambique un peu avant le premier passage de Freddy s’est largement diffusé et le nombre de cas a explosé. Cette épidémie est d’autant plus difficile à endiguer que les centres de soins et les voies de communication ont eux aussi été détruits. Une catastrophe humanitaire que l’ONU surveille au plus près pour que les agences et les ONG puissent apporter l’aide au mieux.

des kits EHA, blanc à l'effigie de la croix rouge (seaux et ustensiles en plastiques) alignés sur le sol rouge.
Préparation de kits Eau, Hygiène et Assainissement (EHA) par la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) à Madagascar. Source: IFRC

Les reccords de Freddy

Comme le rapport un article du 13 mars, le Cyclone Freddy pourrait être le cyclone à la durée la plus longue jamais enregistrée (le cyclone le plus long de l’histoire). À cette date, le cyclone entrait sur le continent une seconde fois après 34 jours d’activité ce qui devait encore être confirmé par l’Organisation météorologique mondiale. Le record précédent de 31 jours était détenu par le cyclone John qui en 1994 a traversé le Pacifique nord et conserve encore aujourd’hui le record de la distance parcourue. Le Washignton Post relevait quant à lui, un record déjà avéré d’énergie cumulative (ACE en anglais Accumulated cyclone energy). L’ACE est la quantité d’énergie globale du cyclone estimée à partir de la vitesse maximale des vents relevée pour chaque période de six heures. L’indice ACE représente des nœuds2 divisé par 10 000. À la fin de sa vie Freddy avait accumulé l’ACE record de 87. Pour donner un ordre d’idée, l’Organisation météorologique mondiale indique que c’est l’indice ACE global d’une saison cyclonique entière pour la zone Atlantique-nord cette année.

Quant à la longévité elle a été validée à 37 jours d’activité, un record pulvérisé. Cycloneoi revient sur cette longévité et tente de l’expliquer par l’absence d'obstacles sur la première partie de son trajet puis par les perturbations dans le canal du Mozambique pour les zig-zags de ses derniers jours.

Un autre record pas souvent rapporté par la presse est le nombre d’intensifications rapides. Freddy est le premier cyclone tropical à subir 7 cycles distincts d’intensification rapide, une augmentation brutale de la vitesse des vents de plus de 30 nœuds en moins de 24 heures. Le précédent record de 4 cycles, détenus par l’ouragan John (1994 Pacifique), l’ouragan Emily (2005 Atlantique nord) et l’ouragan Norman (2018 Pacifique), a ici aussi été pulvérisé.

Cyclones et changement climatique

Sur un commentaire de son site cycloneoi, un visiteur demande à Patrick Rabeson si la longévité de Freddy peut avoir un lien avec le changement climatique ? Il est toujours difficile de faire un lien direct entre un événement exceptionnel précis dépendant de nombreux paramettres à un moment précis et le changement climatique qui est une tendance de fond. C’est d’ailleurs à peu de choses près la réponse de Patrick sur ce sujet qui mérite quand même d’être soulevée.

courbe de température moyenne des océans pour chaque année depuis 1900. La courbe 2022 est sur la crête haute des années, la courbe 2023 décolle vers des températures jamais vues.
Courbe de température moyenne des océans pour chaque année depuis septembre 1981. Source: données Noaa Note: La moyenne concerne les années 1982 à 2011.

Patrick relève que même si le passage d’un cyclone est un événement exceptionnel, il est courant d’en observer pendant la saison cyclonique, c’est-à-dire entre le 15 novembre et le 30 avril. Même si le réchauffement climatique favorise certaines conditions favorables au développement des cyclones comme la température de la mer, on ne peut affirmer que c’est la seule cause ni de la naissance ni de l’intensité du cyclone Freddy.

La recherche sur le climat a fait beaucoup de progrès depuis que je me posais la question déjà en 2007 apr le passage du cyclone Gamède. L’impact de changement climatique sur les cyclones est maintenant un sujet très étudié et le sujet fait encore débat. Je fais le point dans un article qui résume ce que l’on sait aujourd’hui et ce que les scientifiques étudient encore. En gros, le réchauffement climatique semble avoir une influence sur la formation des cyclones. On ne devrait pas en voir plus mais en voir de plus intenses et peut-être avec des trajectoires plus inhabituelles selon les bassins.

Pour continuer la lecture…


Au crépuscule de Saint-Gilles

La lumière dans le fénoir ou les jours de la nuit